?

Log in

 
 
10 August 2009 @ 02:06 pm
L'art d'être seul | 1/?  
Titre: L’Art d’Être Seul
Auteur: flying_spaceman
Fandom: Harry Potter
Genre: crack
Rating: PG-13 (contenu très porté sur la chose, mais de manière espérée implicite. Plus ou moins. Peut-être)
Summary: C’est la guerre, le château est vide, Blaise s’ennuie. Heureusement pour lui, qui dit armée de Mangemorts dit nouvelles rencontres~!
Disclaimer: Bien que ce pauvre Blaise soit un personnage à peine anecdotique dans les romans, il n’en appartient pas moins à notre chère Mrs Rowling, ainsi que Poudlard, les Serpentard et tout le tralala. Cela étant, je revendique tout de même la propriété de ce très cher et très estimé Oscar Wignet (devrais-je m'en vanter? Je ne suis pas sûre…)
Note de l’auteur: VIEILLE FIC DETERREE DU FIN FOND DE MON DISQUE DUR que je dois à brvd depuis…2 ans? Merci au superbe acteur qui joue Blaise dans Le Prince de sang-mêlé et qui a ranimé mon amour pour le personnage. Oh Blaise~ <3
Aussi, je m'excuse d'avance.


L’Art d’Être Seul
par Blaise Zabini, Serpentard, 7ème année

...
22h37.
Soupir.
Il replaça la montre dans sa poche et baissa de nouveau la tête. Son expression passa de sceptique à franchement ennuyée et il se remit à fixer la tapisserie sur le mur d’en face en se retenant à grand peine de bâiller.
22h42.
Nouveau soupir.
- Bon allez stop, on arrête, lâcha-t-il finalement, agacé, sans même prendre la peine de baisser la tête pour s’adresser correctement au petit blond qui leva vers lui de grands yeux humides.
- Mais... maître Zabini ! Je... Excusez-moi ! Je peux faire mieux ! Laissez-moi encore quelques minutes !
Blaise repoussa sans douceur les petites mains qui agrippaient désespérément le bas de sa chemise, reboucla sa ceinture et répondit :
- Petit, ça fait 10 minutes et j’ai déjà passé une semaine à essayer de t’apprendre les rudiments de la chose. Je t’ai laissé ta chance, maintenant c’est trop tard.
- Mais... mais... protesta le petit garçon, encore à genoux, au bord des larmes. S’il vous plaît, laissez-moi recommencer ! Je vous aime, maître ! Ne me laissez- pas !
- Brave bête, dit-il avec une tape compatissant en s’écartant d’un pas pour empêcher les petites mains d’atteindre sa braguette. Et alors? Tu veux que je t’achète une laisse, des croquettes et que je te garde avec moi en attendant que tu te découvres enfin une vocation qui pourrait éventuellement m’intéresser ?
- Je ferai n’importe quoi ! s’écria le petit garçon. Gardez-moi avec vous ! S’il vous plaît !
Blaise se retint de rire en voyant la petite silhouette tremblante se mettre à pleurer pour de bon.
- Vous, les Poufsouffle, vous servez vraiment à rien, soupira-t-il d’un air las.
Il rajusta son pantalon, replia soigneusement sa chemise à l’intérieur et épousseta inutilement son épaule.
- Petit, si jamais tu finis par te trouver quelqu’un d’autre un jour, je te souhaite vivement qu’il s’intéresse à un autre orifice que ta bouche.

De retour dans la Salle Commune des Serpentard, Blaise se laissa tomber dans un des canapés de cuir et soupira profondément. Qu’est-ce qu’on s’ennuyait ici depuis le début de la guerre. La moitié des élèves avaient préféré rester chez eux plutôt que de revenir au château pour l’année scolaire, se croyant plus en sécurité dans leur pauvre petite maison, auprès de leurs parents. Stupides, pensa-t-il avec consternation. La sécurité ne se détermine pas par l’endroit où on se trouve, mais par le camp que l’on soutient. En tant que Serpentard non engagé chez les Mangemorts, Blaise avait tout le profil de l’élève qui passe inaperçu mais qui, si jamais interpellé pour une raison ou une autre, n’avait qu’à dire à quelle maison il appartenait pour être laissé tranquille.
Même Draco été parti, mais Blaise supposait - avec raison - qu’on ne lui avait pas beaucoup laissé le choix. Quel dommage. Tout aurait été tellement plus drôle avec Draco...
Il soupira de nouveau mais secoua la tête pour chasser ses regrets. Oui, il avait raté le coche avec Draco. Tant pis. Il n’avait plus qu’à prier pour que tous deux survivent à la guerre et se retrouvent de nouveau dans une soirée arrosée, seul moyen pour Blaise de parvenir à ses fins avec le beau blond qui, malgré les apparences, n’était pas si dépravé que ça, et à qui deux ou trois - quatre ou cinq - verres d’alcool ne faisaient aucun mal. Enfin, quand on avait des pensées pas forcément très honnêtes à son sujet en tous cas.
Nouveau soupir.
Ah oui, décidemment, la vie n’était plus aussi drôle à Poudlard depuis le début de la guerre.

-

- Mr Zabini.
- Hm?
- Mr Zabini !
- Plaît-il?
- Ce couloir est désormais interdit aux élèves, une affiche l’annonçant a été placardée sur les panneaux d’affichage de chaque salle commune il y a deux jours.
- Oh.
Ennuyé, Blaise se tourna plus complètement vers le jeune homme qui venait de l’interpeler. Longue cape noire, manches relevées au dessus des coudes et Marque des Ténèbres bien visible sur l’avant-bras, il devait faire partie de ces nouveaux « surveillants », comme se plaisait à les appeler Rogue, dont le rôle était de … Comment avait-il dit déjà ? Ah, oui : « veiller au bien être et à la sécurité des élèves en ces temps troublés.» Formulé plus simplement, ça voulait dire qu’ils les empêchaient de fourrer leur nez dans les différentes parties du château qui avaient été réquisitionnées pour des activités autrement plus divertissantes et ludiques que l’enseignement de ces chères têtes blondes. Forcément : se retrouver avec une tripotée de Mangemorts en résidence, ça nécessitait de la place. Pas que le château en manquait, loin de là, mais il fallait éviter les confrontations directes. Question de diplomatie, probablement - même si rares étaient les élèves a encore ignorer que la jadis très respectée école de Poudlard était devenue le nouveau bastion des soldats de Voldemort.
Le jeune Serpentard soupira et finit par faire demi-tour.
- A votre guise, pardonnez-moi. J’ai sans doute du confondre avec un autre couloir encore autorisé aux élèves. Ah mais non, ajouta-t-il après coup, comme frappé d’une soudaine illumination, il n’y en a presque plus, suis-je bête.
Il se frappa le front de manière théâtrale, offrit un charmant sourire – quoi qu’un brin railleur - à son interlocuteur et s’éloigna à pas lents.
- Faire partie de la maison de l’illustre Serpentard ne vous donne pas le droit d’être aussi insolent, jeune homme, entendit-il alors répondre d’un ton pincé, une fois presque sorti.
De nouveau, Blaise se tourna et regarda le Mangemort qui, vu son regard, semblait étrangement bien décidé à lui chercher querelle, peu importe le motif. Il prit le temps de le détailler - âge, stature, degré apparent de confiance en soi - réfléchit un instant puis, jugeant l’affaire sans risque, s’autorisa un sourire dégoulinant de suffisance et répondit avec nonchalance :
- Et faire partie des Mangemorts ne devrait pas vous encourager à être si peu subtil, monsieur.
Blaise accentua légèrement le dernier mot, un brin moqueur. Malgré ses grands airs et son ton voulu autoritaire, le Mangemort en face de lui ne devait pas avoir, pour ce qu’il en voyait, beaucoup plus d’années que lui. Cependant, voyant que l’on répondait à son défi, les yeux dudit Mangemort se mirent à briller et il eut grand peine à retenir un sourire triomphant.
- Oh, voyez-vous ça ? s’exclama-t-il d’un air hautain – mais étrangement euphorique. Vous vous croyez peut-être en mesure de me donner des leçons sur le sujet, Mr Zabini ? Vous qui fricotez avec n’importe qui dans les couloirs, sans pudeur aucune et sans vous soucier des éventuels observateurs ?
A ces mots, Blaise fut forcé de froncer légèrement les sourcils et de prendre l’air interloqué. Qu’on l’ait appelé par son nom jusque là ne l’avait pas gêné, même venant d’un individu qu’il ne connaissait absolument pas. Après tout, il était élève ici depuis déjà 7 ans, Serpentard qui plus est, et Rogue le traitait relativement bien, ce qui était en soi une chose pour laquelle on se faisait remarquer. Rogue étant devenu Directeur et chef de tous les Mangemorts au château, ça pouvait passer. Mais les allusions qui avaient suivies se trouvaient être un peu trop précises à son goût pour que Blaise ne se sentît totalement à l’aise. Cela dit, il en fallait un peu plus pour déstabiliser totalement le Serpentard, qui détailla de nouveau son interlocuteur, réfléchit…longuement… puis finit par dire très poliment :
- Excusez-moi monsieur, mais je ne crois pas avoir le privilège de connaître votre nom, or cela me semble un peu injuste vu que vous connaissez manifestement le mien et que, à ce qu’il semble, vous en sachiez bien plus encore à mon sujet. Si vous pourriez avoir l’amabilité…
De nouveau, le jeune Mangemort dut réprimer un sourire triomphant et il répondit aussitôt :
- Oscar Wignet.
- … Wignet ?
- Mais bien sûr ce sera « monsieur Wignet » pour vous, puisque vous n’êtes qu’un élève, Zabini.
Cette fois, ce fut la franche perplexité qui saisit Blaise.
- Oui, certes, fit-il d’un ton sceptique.
Il fixait les mains dudit « monsieur Wignet » qui semblaient régulièrement secouées de légers tremblements. Ajoutés au regard étrangement brillant, au ton empressé et à cette espèce d’acharnement à vouloir créer un conflit, il parut soudain plus ou moins évident à Blaise que le jeune monsieur Wignet se trouvait dans un état de grande excitation et qu’il en était la malheureuse cause. Si l’on rajoutait encore à ça l’allusion sur les activités douteuses du Serpentard et ce besoin manifeste de dominance de la part du jeune Mangemort, les choses n’en devenaient que plus claires – cruellement claires…
Oui vraiment, pensa sombrement Blaise, les Mangemorts manquaient de subtilité et les novices en devenaient consternants. Il ne laissa cependant paraître aucun signe d’affliction quelconque et se racla la gorge avant de déclarer, de son air le plus neutre :
- Hum, monsieur Wignet, je comprends qu’être nouveau chez les Mangemorts en poste à Poudlard soit difficile et je me doute que vous êtes dans une passe délicate. Cependant, provoquer n’importe qui sans raison particulière dans le seul but de faire ses preuves et d’affirmer son autorité n’est pas forcément une stratégie des plus efficaces, vous savez. Je m’explique, ajouta-t-il rapidement en voyant les yeux de Mr Wignet s’écarquiller sous l'indignation. Si vous voulez à tout prix engager une joute – et je comprends tout à fait que vous le vouliez, ne vous méprenez pas – je vous conseillerai néanmoins de ne pas vous en prendre à un parfait innocent – comme c’est mon cas. Voyez-vous, en faisant cela, lorsque vous devriez expliquer à vos supérieurs le pourquoi et le comment du conflit que vous aurez provoqué, si tout ce que vous pouvez répondre c’est que vous en aviez envie, vous ne passeriez que pour un novice hésitant avec un fort complexe d’infériorité et un rapport conflictuelle à sa propre autorité ! Non vraiment, Mr Wignet ! s’exclama Blaise pour empêcher le jeune Mangemort de répondre quoi que ce soit. Si vous vous en preniez à un élève qui a réellement commis un acte répréhensible, alors vous en récolteriez reconnaissance et félicitations ! Je veux dire… loin de moi l’idée de vous influencer – non, vous pensez bien, je ne suis pas fou, je suis tout à fait conscient de votre statut de Mangemort et je ne suis pas assez sot pour vouloir me jouer de vous, vraiment – mais pensez-y… Imaginez quel impact vous feriez à vos supérieurs si, si peu de temps après votre entrée dans les rangs, vous régliez déjà une situation qui nécessite à la fois autorité et fermeté !
Le Serpentard se tut, visage ouvert en enthousiaste, l'image parfaite du sous-fifre prêt à tout pour rendre service. En face, Wignet semblait en proie à la plus intense réflexion mais il ne quittait pas Blaise du regard pour autant.
Enfin, au bout de plusieurs minutes de silence, il redressa le nez d’un air pincé et lança :
- On se reverra, Zabini !
Dans un grand mouvement de cape – probablement voulu impressionnant – le jeune Mangemort fit alors demi-tour et s’éloigna à grands pas.
Une fois seul, Blaise soupira et s’autorisa une mine franchement consternée.
- Evidemment, crétin, on habite au même endroit.

De fort mauvaise humeur, le Serpentard prit le chemin des donjons en râlant contre les imbéciles avides de pouvoir et de domination.
 
 
Current Mood: omgwhut?
 
 
 
Khleio: silent!melodykhleio on August 11th, 2009 11:35 pm (UTC)
Une fic avec Blaise <3
J'ai beaucoup ri en lisant le passage avec ce cher petit Poufsouffle. LOL.
Je me demande bien ce qu'il va se passer entre lui et ce cher Oscar 8D (T'aurais pu lui trouver un nom dans le même genre que Albus Severus ca aurait été la super classe ... ou pas XD
Vivement la suite ?
bling~★flying_spaceman on August 12th, 2009 11:52 pm (UTC)
Les Poufsouffle ont tendance à se faire martyriser dans mes fics, maintenant que j'y réfléchis. C'est triste u_u
Nan, je pouvais pas, il s'appelle Oscar exprès, c'est important x) (et puis Albus Severus non merci quoi xD)

La suite est dispo 8D (je ne sais pas si c'est une raison pour se réjouir cela dit xD)