?

Log in

 
 
13 August 2009 @ 01:43 am
L'art d'être seul | 2/?  
Titre: L’Art d’Être Seul
Auteur: flying_spaceman
Fandom: Harry Potter
Genre: crack
Rating: PG-13 (contenu très porté sur la chose, mais de manière espérée implicite. Plus ou moins. Peut-être)
Summary: C’est la guerre, le château est vide, Blaise s’ennuie. Heureusement pour lui, qui dit armée de Mangemorts dit nouvelles rencontres~!

1 |

Comme l’avait si habilement prédit Wignet, il ne fallut pas longtemps à Blaise avant de recroiser sa sinistre silhouette au détour d’un couloir.
En fait, il ne fallut même pas vingt quatre heures mais Blaise ne s’en offusqua pas. A vrai dire, il attendait même cette rencontre avec une certaine impatience – et beaucoup d’amusement.

Après leur premier échange et après avoir dépassé l’écrasante affliction que cela avait provoqué chez Blaise, le jeune Serpentard eut une idée.
Une idée très tentante, certes, mais un peu stupide.
Si tôt c’était vraiment très audacieux… voire imprudent et bête… Oui vraiment, ce n’était certainement pas la meilleure idée qu’il avait eu dans sa vie… mais Blaise s’ennuyait tellement et son idée pouvait ouvrir tellement de nouvelles perspectives qu’au final, il n’avait pas hésité longtemps et c’est avec un plan en tête qu’il était allé trouver Michael Edwards.
Michael Edwards était un Serdaigle de septième année, ce qui ne cessait de surprendre Blaise qui, bien qu’étant à Serpentard, avait rarement rencontré personne aussi douée pour manipuler, tromper et utiliser autrui à son avantage sans jamais se faire prendre.
Les deux jeunes hommes se fréquentaient depuis près de six mois. Blaise avait un jour surpris Michael en compagnie de McNair, tous deux visiblement très occupés. S’en étaient suivis cris, panique, chantage, arrangements et le début d’une belle amitié. Ils se rendaient mutuellement service, se tenaient compagnie lors des repas et se félicitaient mutuellement d’avoir trouvé compagnon à qui parler au milieu de cette foule d’élèves jeunes, naïfs et terrorisés par le nouveau rythme qu’avait pris Poudlard.
Aussi, quand Blaise eut mis au point son plan, c’est tout naturellement qu’il était allé rendre visite à son cher ami et lui avait très simplement demandé si ça l’intéressait de se faire dix Gallions en échange d’un peu d’aide.
C’est donc ainsi que tout s’était enchaîné jusqu’à cette deuxième rencontre, que le Serpentard attendait avec hâte.

- ZABINI! AHA! VOUS VOILA ENFIN!
Blaise retint de justesse un sursaut de panique au cri soudain qui lui déchira les tympans. Quelque part au fond de son cerveau, une petite voix se mit à ricaner très fort en reconnaissant la douce voix qui venait de l’appeler mais le Serpentard afficha rapidement l’expression ennuyée de celui qui voudrait juste qu’on le laisse en paix. Il fit la grimace, massa ses tempes et leva des yeux fatigués vers son indésirable interlocuteur.
Après tout, il ne savait pas encore ce qu’on lui voulait, inutile de crier victoire trop vite.
- Monsieur Wignet… Que puis-je faire pour vous aujourd’hui ?
Le Mangemort releva le nez au ton peu enthousiaste du jeune Serpentard.
- Oh oui, c’est cela, faites donc le malin ! Faites donc l’innocent ! Je sais bien que vous avez tout comploté ! Oh que oui ! Ca se voit sur votre visage ! Cette lueur fourbe dans le regard !
Wignet brandit un doigt menaçant en direction de Blaise et dit d’un air furibond :
- Vous avez parlé à Rogue !
- … parlé à Rogue ? A propos de quoi ?
- Mais de moi, bien sûr ! s’écria Wignet.
- Oh, oui bien sûr, suis-je bête… marmonna Blaise - feignant la migraine.
Il soupira, se redressa un peu, enfila le costume de l’élève innocent mais concerné et se prépara psychologiquement à l’affrontement qui commençait.
- J’ignore ce que vous lui avez dit exactement, reprit Wignet, mais je sais que vous m’avez discrédité auprès de lui ! Car figurez-vous que j’ai du, cette nuit, régler un conflit entre un élève et un de mes collègues (à ces mots, son visage prit une jolie teinte rouge vif mais il poursuivit comme si de rien) et je m’en suis extrêmement bien sorti ! J’ai maîtrisé la situation comme nul ne l’aurait fait et quand je suis allé faire mon rapport accompagné de mon collègue, devinez donc ce que m’a répondu Rogue ? Devinez !
Blaise, bien que curieux, s’abstint de demander des détails sur la situation dans laquelle il avait trouvé lesdits élève et collègue (il en avait une vague idée, pour être honnête) et répondit, faussement pris au dépourvu :
- Euh… Il vous a félicité et vous a donné une promotion ?
- AHA ! C’est ce qu’il aurait du faire, vous en convenez aussi bien que moi, n’est-ce pas ? C’est assurément la réaction qu’aurait du avoir notre Directeur face à mon comportement exemplaire ! s’exclama Wignet. Pourtant… Pourtant ! Il m’a répondu exactement les mêmes insanités que vous hier ! Comme quoi je n’étais qu’un « pitoyable petit vermiceau obsessionnel avec un complexe d’infériorité aussi grand que la tour d’astronomie » ! Alors expliquez-moi donc comment cela est-il possible si ce n’est pas vous qui êtes allés diffamer à mon sujet ?! Expliquez-moi donc !
Il y eut quelques secondes de silence durant lesquelles Blaise prit soin d’enregistrer correctement toutes les informations qu’on venait de lui donner. Il fronça les sourcils, ferma un œil, retint un sourire puis répondit d’un air très concerné - une partie de son cerveau criant hallelujah et fêtant déjà les jours plein de promesses qui s’annonçaient :
- Êtes-vous allé faire votre rapport immédiatement après avoir réglé le différend ?
Wignet sembla interloqué.
- Non, répondit-il au bout de quelques secondes. Je me suis d’abord chargé de reconduire l’élève dans son dortoir. C’est la procédure. Je me devais de l’éloigner de mon collègue, au cas où…il…encore…
Le visage de Wignet s’empourpra de plus belle et il ne finit pas sa phrase.
- Hmhm, fit Blaise, se retenant de ricaner bêtement à l’image mentale particulièrement incongrue que son cerveau venait de créer. Il faudrait qu'il remercie Michael de son manque total de pudeur.
Wignet attendit.
- Quand vous vous êtes rendu dans le bureau du professeur Rogue, dit alors Blaise, votre collègue y était-il déjà ?
Wignet hocha la tête.
Sembla réfléchir.
Ecarquilla les yeux.
Ouvrit sa bouche en un grand O outré.
- Vous… Vous voulez dire que…
Blaise opina tragiquement du chef.
- … que… Mr…
- J’en ai bien peur.
-… Oh!
- Quel était donc ce collègue, si je puis me permettre, Mr Wignet ? demanda poliment Blaise.
- Mr McNair.
- Eh bien, pardonnez-moi d’avoir à vous le dire Mr Wignet, mais il semble évident que Mr McNair jalouse votre capacité à maîtriser les différends et qu’il s’est empressé de livrer sa propre version des faits à Rogue lorsque vous étiez absent pour vous empêcher de recevoir la reconnaissance que vous méritez.
- OH!
Blaise hocha de nouveau la tête sans se départir de son air dramatique.
- Sans compter que d’après ce que vous avez dit, ou plus justement, ce que vous n’avez pas réussi à dire, il semble que vous ayez trouvé Mr McNair occupé à des choses qu’il n’est pas censé faire, encore moins avec un élève, je me trompe ?
Wignet secoua négativement la tête, l’air incroyablement choqué.
- Il est donc évident qu’il aura inventé toute une histoire à Rogue pour éviter que es penchants ne soit découverts et qu’il ait à en subir les conséquences. De plus, en vous faisant perdre toute crédibilité auprès du Directeur, il s’assure ainsi que vous ne représenterez plus une menace dans le futur.
En face de Blaise, Wignet était comme stupéfixé. A tel point que pendant une fraction de seconde, le Serpentard eut envie de poser une main faussement compatissante sur l’épaule du Mangemort mais la simple image mentale suffit à le retenir. Il ne fallait pas en faire trop. Pas si tôt. Wignet n’était quand même pas si stupide. Probablement. Peut-être.
Le jeune Mangemort se reprit bien vite et retrouva rapidement son petit air pincé. Il releva dignement le nez et planta son regard dans celui de Blaise.
- Zabini, je… marmonna-t-il, comme si les mots lui écorchaient la bouche, je reconnais que vous n’y êtes pour rien.
Il fit la grimace et Blaise inclina légèrement la tête, acceptant les excuses silencieuses avec un brin de moquerie.
- Mais je n’en ai pas fini avec vous pour autant ! se hâta-t-il d’ajouter. Je vous ai à l’œil, ne l’oubliez pas !
Le Serpentard acquiesça distraitement puis regarda s’éloigner la frêle silhouette d’un Wignet furibond (et toujours joliment rouge) marmonnant et jurant à voix basse, promettant mille tourments à l’autorité supérieure qui refusait d’accepter sa grandeur – et qui, accessoirement, faisait de tous les occupants de ce château des êtres aux mœurs dégoûtantes avec une tendance certaine à l’exhibitionnisme.

- Edwards ! …Psst ! Edwards !
- Blaise! Alors ? Ca a marché ?!
- Et comment. T’aurais du voir ça. Je sais pas ce que vous étiez en train de faire quand il vous est tombé dessus, mais il en était tout retourné. Tiens, voilà tes dix Gallions. T’en donneras une partie à McNair.
Blaise se mit à ricaner comme un bienheureux, bientôt imité par son partenaire en crime.
Cette nuit-là, il dormit comme un bébé.
 
 
 
Khleio: !ohmiyakhleio on August 13th, 2009 05:28 pm (UTC)
J'aime Blaise et son plan <3
(Quel timide ce Wignet, va falloir le décoincer un peu ! \o/ XD)
bling~★flying_spaceman on August 13th, 2009 07:42 pm (UTC)
(ahahahahah, décoincer Wignet. J'y penserais pas si j'étais toi, tu connais pas la bête xD *frissonne*)
Khleio: !ohmiyakhleio on August 13th, 2009 07:50 pm (UTC)
Ça donne envie d'en savoir plus sur lui *grin*
brvdbrvd on August 13th, 2009 05:54 pm (UTC)
OSCAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAR *qu'il est bête*


bling~★flying_spaceman on August 13th, 2009 07:43 pm (UTC)
N'insulte pas mon personnage, je te prie. Il a plein de qualités et j'ai beaucoup de respect pour lui u_u (*mensonge*)