?

Log in

 
 
30 August 2009 @ 01:12 pm
L'art d'être seul | 3/?  
Titre: L’Art d’Être Seul
Auteur: flying_spaceman
Fandom: Harry Potter
Genre: crack
Rating: PG-13! BLAISE!! BLAISE MAIS QU'EST-CE QUE TU FAIS??! j'ai honte, j'ai honte u_u
Summary: C’est la guerre, le château est vide, Blaise s’ennuie. Heureusement pour lui, qui dit armée de Mangemorts dit nouvelles rencontres~!
Notes: Je ne voulais pas poster avant d'avoir fini le chapitre 4, mais une envie subite m'a fait changer d'avis.

1 | 2

Il se passa un peu plus d'une semaine après l'incident avant que Blaise ne se trouvât de nouveau nez à nez avec le Mangemort (qu'il avait entre temps affectueusement rebaptisé Wimpgnet, surnom beaucoup plus approprié selon le Serpentard.) Peut-être que surprendre un de ses collègues en train de s'occuper joyeusement les mains avec un élève au détour d'un couloir avait refroidi son zèle pour les rondes nocturnes, ou peut-être lui avait-on simplement glissé subtilement que, vu son efficacité, il serait aussi bien au lit qu'à patrouiller dans le château, Blaise l'ignorait. Toujours est-il que, lorsqu'ils se croisèrent ce soir-là, Wignet semblait bien moins enthousiaste qu'il ne l'avait paru les premières fois (si tant est que l'on ait pu appeler son désir belliqueux sans nul doute résultant d'une extrême frustration de l'enthousiasme.) Blaise fronça les sourcils, intrigué, mais préféra ne pas trop pousser sa bonne fortune (qui, soyons honnête, avait déjà fait des merveilles jusque là.)
- Mr Wignet, salua-t-il sobrement en inclinant légèrement la tête.
Le Mangemort grogna une réponse inintelligible et fit mine de continuer son chemin sans prêter un seul regard au Serpentard. Bien que perplexe (et un peu déçu, il fallait l'avouer) Blaise n'insista pas, et c'est sans un mot de plus qu'il continua son chemin. Il ne pouvait pas s'attendre à ce que Wignet ne se tienne à sa disposition à chaque fois, même s'il n'avait pas conscience d'être le nouveau passe-temps favori de Blaise. Il restait un être humain autonome avec sa propre vie, après tout. Le Serpentard soupira intérieurement, une pointe de regret lui pinçant le cœur. Ah, si seulement Draco avait été là… Encore que…non, Draco était trop intelligent pour ce genre de choses. Il aurait sûrement fini par trouver un moyen de tourner les choses à son avantage et, bien que prude, Draco n'en restait pas moins créatif. Blaise frissonna lorsqu'un souvenir particulièrement vivide lui revint à l'esprit et ne put retenir un gémissement nostalgique.
- Qu'est-ce que c'était que ça?! s'exclama alors Wignet d'un ton sec en se tournant brusquement.
Blaise se figea aussitôt (et maudit Draco intérieurement. Ce foutu blondinet continuait de lui faire de l'effet, peu importe l'endroit où il se trouvait) et prit son air le plus innocent avant de faire face au Mangemort, qui se tenait droit et immobile quelques pas plus loin, à l'affût, baguette dressée.
-Je vous demande pardon? demanda-t-il de sa voix la plus naturelle, alors que le lumos de Wignet lui jaillissait dans la figure. Le Mangemort le scruta de ses petits yeux soupçonneux mais, ne trouvant manifestement pas ce qu'il attendait sur le visage du Serpentard, laissa ses épaules retomber mollement et abaissa sa baguette en marmonnant un vague "Mêlez-vous de vos affaires!" avant de reprendre sa route.
Dans la seconde de silence qui suivit, Blaise eut alors la plus fantastique et horrible révélation de sa vie.
A l'instant, lorsqu'il avait marmonné ces quelques mots, Wignet avait semblé déçu. La pensée frappa Blaise avec une force insoupçonnée et, aussi horrifié qu'il fût par la réalisation de ce que cela impliquait, il n'avait aucun doute. Wignet l'avait entendu gémir, avait aussitôt fait volte-face en brandissant sa baguette et, lorsque Blaise n'avait pas réagi, il….il avait…. Le souvenir de leur première rencontre resurgit alors dans l'esprit de Blaise. Cela concordait. Aussi horrible et répugnante que l'idée lui paraissait, elle tenait debout.
Prenant sa décision en une fraction de seconde, Blaise agit avant que Wignet ne soit trop loin et poussa alors un autre gémissement. Long, sourd, presque étouffé. Il se retourna aussitôt pour ne pas croiser le regard de Wignet mais entendit les pas du Mangemort s'arrêter brusquement.
"Oh pitié non," pensa le Serpentard, soudainement douloureusement conscient de ce que cela signifiait.
- Zabini! aboya Wignet, avec un soupçon d'hystérie dans la voix.
Blaise sursauta et fit volte face, la même expression de parfaite innocence plaquée sur le visage.
- Monsieur?
A une dizaine de mètres plus loin, le Mangemort le fixait de nouveau, yeux écarquillés, baguette en avant pour essayer de l'éclairer du mieux qu'il pouvait, et Blaise remarqua que sa main tremblait légèrement, diffusant la lumière de manière anarchique, autant sur Blaise que dans le reste du couloir. Dans une sorte de transe, Blaise fit un pas en avant et observa, incrédule, le corps du Mangemort se secouer d'un frisson si ridiculement violent que le Serpentard en fut presque effrayé.
"Impossible" pensa-t-il. "Impossible."
- Monsieur? répéta-t-il, ajoutant à sa voix une touche d'inquiétude soumise.
Wignet le dévisageait, tremblant de la tête aux pieds, mais il sembla au Serpentard qu'il ne le voyait pas vraiment, son regard un peu vitreux paraissant se concentrer sur un point lointain, quelque part loin derrière Blaise. Il fit un pas de plus, poussé par une curiosité grandissante et la quasi certitude qu'il se passait bien ce qu'il pensait qu'il était en train de se passer. Wignet resta immobile mais, au mouvement, son regard se reporta aussitôt sur Blaise. Lorsqu'il fut sûr d'avoir toute l'attention du Mangemort, Blaise prit alors sa décision. C'était risqué, et il ne comprenait toujours pas pour quelles raisons nouvelles Wignet semblait soudainement porter ce genre d'intérêt à sa personne, mais si c'était le cas, il fallait qu'il en soit sûr. Et pour cela, il n'y avait qu'une seule solution.
Les yeux mi-clos, pupilles sombres et brillantes sous des paupières lourdes, Blaise fixa Wignet et commença à respirer lentement, profondément. Il força un frisson, et sa respiration se fit progressivement plus rapide, plus bruyante. Il gémit. En face de lui, Wignet se figea si complètement qu'on aurait pu le prendre pour une statue particulièrement réaliste. Blaise poursuivit, laissant sa tête tomber en arrière sur ses épaules et glissa une de ses mains vers la ceinture de son pantalon. Il exhala lentement, profondément, poussant un gémissement étouffé en reprenant son souffle.
- O…
Il redressa la tête et planta son regard sombre dans celui, fébrile, de Wignet.
-…scar!
Une gerbe d'étincelles gicla piteusement de la baguette de Wignet. Un silence écrasant recouvrit la scène. Wignet cilla. Une fois, deux fois. Puis ses yeux ronds passèrent de Blaise à sa baguette, et de sa baguette à Blaise, la pleine réalité de la situation commençant lentement à pénétrer son cerveau. Cinq secondes plus tard, il tourna les talons et prit la fuite, horrifié. Lorsque le bruit des pas précipités du Mangemort se fut complètement évanoui, Blaise s'effondra sur le sol et rit.

- Edwards, murmura bruyamment Blaise quelques heures plus tard en frappant de nouveau à la porte de la chambre du Serdaigle. Edwards, pitié, j'ai besoin de soutien moral, ouvre-moi.
Ce n'est qu'après dix minutes supplémentaires à se lamenter euphoriquement que la lourde porte de bois s'ouvrit pour laisser apparaître Edwards, tout sauf réjoui de s'être fait réveiller en pleine nuit.
- Michael! s'exclama joyeusement Blaise, avant de se jeter dans ses bras.
Le Serdaigle recula de quelques pas sous l'assaut mais parvint à rester debout et referma soigneusement la porte, laissant Blaise ricaner dans son pyjama sans dire un mot.
Cinq minutes plus tard, cependant, comme le Serpentard ne semblait toujours pas décider à bouger, parler ou faire quoi que ce soit d'autre que continuer à glousser bêtement dans son tee-shirt, le Serdaigle se racla bruyamment la gorge.
- Blaise…
- Ca a fait jaillir des étincelles de sa baguette! s'écria Blaise, sa voix étouffé contre l'épaule d'Edwards.
- Quoi? Qui ça? demanda Edwards, perdu.
- Wignet! articula Blaise, hilare. Je faisais ça pour rire, et…et…
Edwards fronça les sourcils et, lorsqu'il comprit enfin, l'horreur déforma son visage.
- Oh mon dieu.
Blaise avait le corps secoué d'éclats de rire difficilement contenus.
- Ew.
Le Serpentard ne prêta aucune attention au dégoût manifeste que sa découverte inspirait à son ami et ne consentit à le libérer de son étreinte qu'au bout de quelques minutes supplémentaires à tremper son tee-shirt de larmes d'euphorie.
- C'est horrible, approuva Blaise en hochant gravement la tête. Il nous faut à boire! lança-t-il alors d'un ton décidé.
- Tu veux vraiment célébrer ça? demanda Edwards d'un air sceptique.
- Oh que oui, répondit Blaise, souriant largement. Et plutôt deux fois qu'une.

Ils descendirent discrètement aux cuisines voler quelques bouteilles de Firewhisky et, quelques minutes plus tard, c'est avec une mine des plus réjouie que Blaise porta un toast aux jours plein de promesses qui s'annonçaient. ("Plein de promesses, pour Wignet tu veux dire?" objecta Edwards avec un sourire ironique. "Voyons Michael!" protesta Blaise d'un air faussement outré. "Insinuerais-tu par là que je vais maintenant passer tout mon temps libre à harceler subtilement Wignet jusqu'à ce que sa frustration lui devienne physiquement douloureuse? Tout ça pour mon propre amusement? Mais quelle image de moi as-tu, mon ami, je suis effondré." Edwards ne lui fit pas l'affront de répondre. "A la tienne," dit-il simplement. "Oh que oui, " répondit Blaise, rayonnant.)